Organisation: Musée romain

Directeur: Christophe Goumand

Le succès rencontré en 1999 a encouragé le Musée romain à recommencer et donner au festival un caractère régulier bisannuel. Nyon devient ainsi le premier rendez-vous helvétique des amateurs du cinéma d’archéologie, et rejoint d’autres festivals de ce type qui existent notamment en France (Bordeaux, Amiens), en Allemagne (Kiel), en Italie (Rovereto) ou en Belgique (Bruxelles).

Maria Longhena, de Bologne, spécialiste de la civilisation maya et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet, a participé à la soirée de vendredi consacrée à l’archéologie de l’Amérique précolombienne.
Alix Barbet, responsable du Centre d’études des peintures murales romaines à Soissons et au Laboratoire d’archéologie de l’Ecole Normale Supérieure de Paris, a participé à l’après-midi consacré à la civilisation romaine et a présenté notamment le film sur Zeugma (Turquie), cité désormais engloutie par les eaux de l’Euphrate retenues par un barrage.

Les meilleures productions ont été récompensées par un jury de 5 personnes émanant tant des milieux archéologiques que de ceux liés au cinéma. Un prix du public a également été attribué.

Le palmarès

GRAND PRIX DU FESTIVAL ET PRIX DU PUBLIC

« La tombe du prince scythe », Grande-Bretagne, France, 52’, réalisation : Marc Jampolsky

Pour son aptitude à rendre compte, avec un remarquable sens du récit, d’une recherche de longue durée sur un sujet encore peu connu, dans un contexte décrit avec beaucoup de sensibilité, en soulignant le respect mutuel des équipes scientifiques engagées et la sympathie du regard porté sur le pays dans lequel se déroule ce travail.

PRIX SPÉCIAL DU JURY

« Les comportements alimentaires des hommes préhistoriques », France, 26’, réalisation : Denis Gerault

Pour sa capacité à synthétiser un sujet a priori difficile à traiter cinématographiquement. Pour la manière dont la narration est personnalisée à travers une caméra subtile, un montage attrayant et un humour peu fréquent dans un document destiné à des milieux spécialisés, qualités qui font qu’il peut aussi atteindre un plus large public.

PRIX DU MEILLEUR FILM À PETIT BUDGET :

« Bacchus et Ariane », France, 18’, réalisation : Jean Collinet et Frédéric Moroldo

Pour la manière dont l’image et les commentaires judicieux se conjuguent pour mettre en valeur une œuvre exceptionnelle dans le cadre d’une opération de sauvetage archéologique.

MENTIONS SPÉCIALES:

« L’homme de Concise ou la Suisse des Palafittes », Suisse, 46’, réalisation : Silvana Bezzola

Pour sa capacité à nous faire entrer dans le champ archéologique par les moyens du cinéma documentaire judicieusement utilisés.

« Les derniers jours de Zeugma », France, 52’, réalisation : Thierry Ragobert

Pour l’émotion avec laquelle sont montrées, de manière exemplaire, les splendeurs inouïes découvertes dans l’urgence d’une situation qui met en cause une fabuleuse partie de patrimoine culturel de l’humanité, en même temps qu’elle condamne les conditions d’existence de toute une population.

Le jury

Président du jury :

  • M. Pierre Barde, producteur et réalisateur à la Télévision suisse romande.

Membres :

  • M. Frédéric André, archéologue, directeur des journées du film d’archéologie du Musée de Mariemont, Belgique.
  • M. Pierre Corboud, archéologue, département d’anthropologie de l’Université de Genève.
  • Mme Regula Frei-Stolba, archéologue, professeur à l’Institut d’archéologie et d’histoire ancienne de l’Université de Lausanne.
  • M. Majan Garlinski, ethnologue, conservateur au département d’anthropologie visuelle du Musée d’ethnographie de Genève.

Téléchargements

Téléchargez le Palmarès 2001