Organisation : Musée romain
Directeur : M. Christophe Goumand 

Fidèle à sa tradition bisannuelle, le VIIIe Festival international du film d’archéologie de Nyon, attendait un large public friand de connaissances archéologiques. Organisé par le Musée romain de Nyon, celui-ci se doit de présenter ce qu’est le véritable travail de l’archéologue, quelqu’un qui n’a rien du chercheur de trésor, et qui passe beaucoup de temps à récolter des indices parfois ténus pour écrire l’histoire. A l’inverse, de plus en plus de personnes se permettent de jouer les aventuriers et prélèvent des objets comme des trophées : par là même, ils détruisent à jamais des pans entiers de l’histoire de l’humanité. Le programme de la soirée d’ouverture montrait ce contraste saisissant en présentant d’une part un film consacré au pillage d’une épave sur les récifs de l’Océan indien et, d’autre part, les fouilles de l’Université de Genève dans une grotte du nord de l’Italie.

La problématique de l’importance du contexte de découverte d’un objet archéologique a également été abordée. Certains musées se montrent peu regardants lorsqu’ils acquièrent des pièces archéologiques, et peuvent débourser de fortes sommes pour des objets qui se révèlent ensuite être des faux. D’autres objets, devenus célèbres, sont réclamés par les pays dans lesquels ils ont été découverts. Plus problématique est le cas du célèbre buste de Néfertiti exposé à Berlin et réclamé par l’Égypte. Après une longue enquête, le journaliste et historien de l’art Henri Stierlin conclut qu’il s’agit d’un faux ; mais les musées de Berlin ne veulent pas entrer en matière sur ce sujet trop sensible, et il n’est pas possible de consulter certains documents concernant sa découverte.

Si le cinéma a été inventé à la fin du XIXe siècle, les images animées existent depuis l’aube de l’humanité, il y a plus de trente mille ans dans les grottes ornées. Marc Azéma, cinéaste et préhistorien, présenta vendredi cette nouvelle lecture des peintures pariétales préhistoriques.

Durant toute la semaine, le Festival invita le public à voyager dans le temps et à travers le monde, de la Mongolie à l’Espagne en passant par l’Égypte, la Gaule, etc…

Nous remercions l’Office Fédéral de la Culture pour son précieux soutien.

Pour télécharger le dossier de presse, cliquez ici.


Jury 2013

Président

  • ADOLFO CONTI, Réalisateur et producteur de films documentaires, Rome , Italie.

Membres

  • ERIGE SEHIRI, Réalisatrice, journaliste indépendante, Tunisie.
  • PHILIPPE CURDY, Archéologue, conservateur, Musée d’histoire du Valais, Sion, Suisse.
  • DENIS WEIDMANN, Archéologue, ancien archéologue cantonal vaudois, Lausanne, Suisse.
  • MARIA LONGHENA, Archéologue américaniste, directrice du festival de Bologne « Storia del passato ».

Les bandes annonces

Le festival en vidéo

Téléchargements